Spectacle et coulisses : Le Bal des Vampires à Mogador

Hello,

Bon si vous me suivez sur les réseaux sociaux, il ne vous a pas échappé que je suivais en ce moment de très près le musical du Bal des Vampires qui se joue actuellement à Mogador.

Nous étions invités à assister au spectacle la semaine dernière pour fêter leur 100 000ème spectateur, et bien décidés à en prendre plein les yeux. Je n’étais pas fan du film original mais j’ai des critères d’appréciation assez différents pour les comédies musicales (décors, costumes, prestation vocale, danse, make-up, etc…) donc j’ai voulu tenter. Sachant que je n’ai aimé aucune comédie musicale vue en France, nous n’y allons plus très souvent, trouvant que ça manque de moyens et de créativité.

Dès le début du show, on nous prouve que Le Bal des Vampires ne mange pas de ce pain là et n’hésite pas à superposer écrans et décors massifs pour donner une impression très réaliste et nous transporter dans le froid de Transylvanie. L’ensemble fonctionne parfaitement, des titres dynamiques, des dialogues souvent drôles, des personnages bien interprétés et quelques vampires planqués dans la salle qui vous amèneront à frissonner et vous donneront l’impression de faire partie du bal.

Au niveau des décors des costumes et du maquillage, c’est un sans fautes. Ils ont sorti l’artillerie lourde ! Que ce soit l’Auberge, le château, la crypte ou la salle de bal, tout est somptueux. J’en ai rarement pris autant plein les mirettes de ce côté là, et en plus c’est tout à fait mon univers !

Les chanteurs m’ont tous plu, mais j’ai cependant regretté que certaines voix féminines aient le problème de l’ex-Lara Fabian dans les late 90’s : « plus je chante haut, plus j’envoie le boulet ». Je sais que c’est difficile de contrôler le volume quand on veut passer la note en voix pleine, mais ce qui était un exploit il y a quelques années est devenu tellement irritant. Et pourquoi caster toujours des voix féminines si lisses qu’on les croirait sorties d’un Disney ?

Au niveau des danseurs je préférais évidemment les chorégraphies de groupe telles que sur « Longue est la nuit », qui me rappelait un peu au film Ghosts de Michael Jackson (J’ai d’ailleurs cru au début qu’il y avait un damier alors que c’était simplement l’éclairage qui faisait apparaître les tombes plus claires). Bien que la chorégraphie n’ait rien à voir j’ai adoré ces mouvements saccadés et ces vampires super expressifs. Regardez ce petit extrait, c’est assurément l’un de mes tableaux préférés :

En ce qui concerne les bémols, puisqu’il y en a toujours, je dirais que, comme à chaque fois que l’on adapte un texte en français, c’est inégal (connais-tu la version française d’I just can’t stop loving you ? Ça fait peur hein ?) et même parfois vraiment kistch. Mais comme le spectacle assume totalement son côté cuculapralino gothique kitsch et parodique, ça ne m’a pas choquée plus que ça.

A part que ça fait deux semaines que je chante Totale Eclipse à El Banjo et que je pense qu’il est au bord du gouffre. Quand même oser « T’as rien laissé du tout quand t’as fait s’éclipser mon coeur (WESH ?) ». La pucelle de la campagne qui tutoie Von Krolock comme si ils avaient élevé les cochons ensemble, c’était particulier. Le comte est charismatique, magnétique, on s’imaginait des envolées de plus haut niveau lors de leurs échanges.

L’autre bémol, mais là, j’insiste : c’est la durée du spectacle. De l’entrée en scène à la fin des salutations nous sommes restés 3h (avec 20 minutes d’entracte incluses). C’est hyper long pour un musical. Entre l’introduction très longue et les tableaux tragico-romantiques, il est possible de raccourcir en conservant le plus qualitatif et visuel, j’en suis persuadée.

A titre personnel, j’aurais aussi aimé qu’Herbert puisse pécho Alfred : le vampire gay, c’était assez marrant comme scène, dommage qu’ils n’aient pas eu plus de place.

En conclusion et malgré mes petits reproches sur la longueur, je vous conseille vraiment d’aller le voir. Coloré, drôle, visuellement très réussi avec des décors des costumes et des maquillages frôlant la perfection, et un casting au top (mention spéciale à Guillaume Geoffroy, Stéphane Metro, David Alexis et Pierre Samuel que j’ai trouvés exceptionnels), ce spectacle rassemble tous les éléments pour passer une excellente soirée et en prendre plein les yeux.

ACHETEZ VOS PLACES ICI POUR LE BAL DES VAMPIRES

 

Maintenant parlons des coulisses !

J’ai eu la chance de pouvoir accéder aux coulisses du spectacle et de pouvoir partager avec vous quelques images des répétitions et des backstages !  Voici des vidéos des répétitions de chant et danse où règne une ambiance bon enfant mais pro :



J’ai presque préféré les entendre chanter en répète que sur la scène, c’était vraiment chouette.

Ensuite j’ai fait un petit tour de Mogador et mes premier pas sur cette scène immense (et apparemment je me transforme un peu en vampire d’après les photos) !

Blog melolimparfaite scene mogador bal des vampires Théâtre de Mogador melolimparfaite Blog melolimparfaite fond bal des vampires

J’en ai profité un peu pour poser des questions aux membres de l’équipe qui aident à préparer les artistes et font en sorte qu’ils deviennent de vrais vampires !

Blog melolimparfaite costumes interview

Voici ma petite interview d’Héloïse, qui travaille à l’habillage des artistes :

1/Pouvez-vous vous présenter ? Quelle est votre formation et quelles sont vos ambitions ?

Je m’appelle Héloïse. Après la 3ème j’ai fait un BEP couture, puis un bac pro, puis une formation complémentaire puis un DTMS (diplôme de technicien des métiers du spectacle). J’ai travaillé à l’opéra Bastille puis j’ai été recrutée sur la comédie musicale de la « Belle et La bête » qui jouait déjà à Mogador et maintenant je travaille sur le Bal des Vampires.

2/ Qu’est-ce-qui est spécial pour vous avec le Bal des Vampires, pourquoi avoir voulu travailler sur ce projet ?

En premier lieu j’avais beaucoup aimé le film, mais aussi après avoir fait la Belle et la Bête, ça changeait totalement de registre donc c’était intéressant !

3/Comment avez-vous choisi les matières et les couleurs ?

En fait, une grande partie des costumes est arrivée de l’étranger puisque le spectacle s’était d’abord joué dans d’autres pays. Nous avons donc ajusté ceux-ci à nos artistes, ou si ils étaient endommagés nous les avons refaits. Il y a eu quelques créations mais nous avions un cahier des charges assez précis de monsieur Polanski : nous ne pouvions pas faire n’importe quoi.

4/Ne travaillez-vous que pour des comédies musicales ou également pour le cinéma, le théâtre ou autre ? Les challenges à relever pour chaque domaines sont-ils vraiment différents ?

Lorsque je travaillais pour l’opéra, le rythme était moins soutenus, les artistes se changent beaucoup moins souvent et c’est donc un peu moins stressant.

5/ Qu’aimez vous le plus dans votre métier, et qu’aimez vous le moins ?

J’aime tout dans mon métier, je fais vraiment cela par passion donc je ne vois pas ce que je pourrais dire de négatif, à part peut-être -si vraiment il faut dire quelque chose -que comme je travaille tous les soirs, je n’ai pas de soirées ou de week-end libres.

6/ Quelle est à votre avis la qualité la plus importante pour pouvoir exercer ton métier ?

La patience, surtout ! Ensuite la minutie, la créativité… mais surtout la patience !

Merci Héloïse !

Blog melolimparfaite costumes loges

Et maintenant voici la petite interview d’une autre magicienne, celle qui maquille les personnages pour les rendre vraiment intimidants et magnifiques à la fois : Jessica !

Blog melolimparfaite maquillage interview

1/Hello Jessica, quelle formation avez-vous suivi pour en arriver là ?

Après le bac j’ai fait deux ans en stylisme mais ça ne me plaisait pas alors je me suis orientée vers une formation maquillage et coiffure à l’école Christian Chauveau. Puis j’ai participé à des courts-métrages, des collectifs, puis enfin le roi lion, La belle et la bête, Mamma Mia… et maintenant le Bal des vampires !

2/Pourquoi vouliez-vous travailler sur La Bal des Vampires ?

C’est vraiment l’éclate au niveau des maquillages et des perruques que l’on doit aussi coiffer, entretenir, recouper au visage des artistes etc. (effectivement on y pense moins mais les loges sont envahies de perruques !).

3/ Comment choisissez-vous le matériel avec lequel vous travaillez ?

Nous travaillons essentiellement avec Make up For Ever car ils ont beaucoup de différentes couleurs.

4/ Avez-vous eu des contraintes pour maquiller les personnages ou vous vous laissez aller au gré de votre imagination ?

Non, avant chaque spectacle nous suivons un enseignement spécifique sur les façons de maquiller adaptées.

5/Sur quel type de projets préférez-vous travailler (cinéma, théâtre, etc…) ?

J’ai une nette préférence pour le spectacle vivant !

6/ Que préférez-vous dans votre métier et qu’aimez-vous le moins ?

J’adore avoir des pinceaux entre les doigts, c’est la partie que je préfère, et bien sûr l’ambiance de troupe et le côté humain. Quant à ce que je n’aime pas… Je ne sais vraiment pas, peut-être avoir de la colle à postiche sur mon vernis tout neuf ?

7/A votre avis quelle qualité est indispensable pour faire votre métier ?

La patience et l’humilité ! Bien sûr il faut aussi être curieux et créatifs, mais je dirais surtout la patience et l’humilité.

8/Quel vampire préfèrez-vous ?

(Ça ne peut pas être un loup garou ? Non ? Bon !) Eric dans Trueblood !

(elle me laisse Von Krolock alors ?)

Vous voulez voir un peu la magie opérer sous les mains expertes des maquilleurs ? Voici nos héros en pleine transformation (une heure de maquillage quand-même, pour notre comte hypnotique!).

Blog melolimparfaite maquillage mains comte von Krolock mogador bal des vampires Blog melolimparfaite maquillage comte von Krolock mogador bal des vampires Blog melolimparfaitemaquillage professeur mogador bal des vampires

Voilà les amis, ça sera tout pour aujourd’hui ! J’espère que ce petit reportage backstage vous aura plu et que je pourrai vous en faire plus souvent ! Bisous !

Rendez-vous sur Hellocoton !
FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblr Spread the love...

La tenue du dimanche !

Blog melolimparfaite kimono Blog melolimparfaite kimono blanc des vosges Blog melolimparfaite kimono 2 en pied

Kimono : Blanc des Vosges

Montre : Swatch

Ce dimanche, c’est cocooning ! Et du coup, comme nous n’avons même pas eu le courage de mettre le nez dehors, j’ai inauguré mon nouveau Kimono albâtre, je le trouve trop canon et en plus la qualité est nickel. Bon l’effet serait plus joli si j’avais la taille plus marquée mais en même temps ils ne livraient pas la morphologie avec -c’est plus ce que c’était, jte jure. Y’a plus qu’à le garder sans tâches (le challenge de l’année quand on est la fille de Pierre Richard, c’est moi qui vous le dis). Bon et vous vous faîtes quoi ?

PS : le premier qui se moque de mes pieds de hobbit, j’lui mord le nez : que ce soit bien clair entre nous ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’envie d’avoir envie.

Sixième sens

Ça fait un moment qu’il me trotte dans la tête, cet article, mais étant un peu des deux côtés de la « force », je m’étonne encore chaque jour du rapport blogger/ marques. J’en avais déjà parlé dans cet article, mais il date un peu et je débutais encore complètement dans tout ce qui était partenariats et sponsors. Je me rappelle encore, le sourire aux lèvres, du jour où le premier e-shop de lunettes de soleil m’a contactée pour m’offrir des lunettes en échange de mon avis. Sur l’échelle de Cléopâtre je me sentais à peu près à 10 -c’est le maximum, si tu connais pas l’échelle de Cléopâtre !-. Petit à petit j’avais des demandes de partenariats sans vraiment comprendre l’intérêt que l’on me portait, et j’avoue sans connaître vraiment le milieu des blogs.

Je tiens un blog depuis 2004-2005, pas celui-ci, mais un sur msn, tu vois desquels je parle ? J’y publiais mes humeurs, mes photos de vacances, et puis il y a eu des trolls. Tous poilus et vilains, au bout d’un moment je me suis demandé pourquoi ces gens étaient crocro méchants et j’ai fermé boutique. Par la suite j’ai eu un blog de développement personnel, un professionnel, un autre de bons plans et concours, car échaudée par mes trolls, j’avais peur d’en montrer trop sur moi et je traitais de sujets extérieurs sans me « montrer ». Peur qu’on m’attaque pour ce que je suis. Mais soyons honnêtes ces blogs à thèmes généralistes me faisaient surtout chier (appelons un chat, un chat) et j’ai vite perdu l’inspiration pour les rédiger.

Ce blog-ci, j’avais peur de me lasser : tous mes amis me disaient « Fais un blog restaus, fais un blog voyage » mais je me disais « Mais pour quoi faire ? Qui ça intéresse ? ». Et puis timidement, je me suis lancée un jour de brouillard San Franciscain pour vous dresser un portrait de la ville où j’habitais à ce moment là. J’ai bien hésité à montrer ma frimousse et puis je dois dire que lorsque je me suis décidée, j’ai tout de suite vu le changement. J’ai tout de suite senti le lien avec mes lecteurs plus fort. Je n’étais pas cette plume perdue en Californie, j’étais Mélo, on mettait un visage sur le nom, on aimait ou on détestait, mais je me matérialisais et je sentais bien que la relation à mes lecteurs devenait plus intéressante.

Du fait de mes blogs précédents je n’imaginais pas, alors, que ce blog puisse devenir un jour la fantastique aventure qu’il est aujourd’hui. Si au bout de 6 mois je pouvais déjà mesurer l’engouement, je n’imaginais pas qu’il prendrait tant de place. Ni pour vous, ni pour moi d’ailleurs.

DSC_0532

Comme de nombreuses blogueuses, je me sens privilégiée d’être invitée à découvrir de fabuleux restaurants, de beaux hôtels au bout du monde, des nouvelles collections de grandes marques qui me semblaient avant inaccessibles ou des produits de beauté que je trouve souvent innovants et efficaces. Je suis bien contente de pouvoir porter mon regard sur ces choses-là, c’est très fun la plupart du temps mais depuis janvier, je ne sais pas… quelque chose me fait penser que je me suis un peu perdue dans tout ça.

Je reçois chaque jour de nombreux e-mails de sollicitations, que ce soit pour des soirées de marques, pour des partenariats (voyage/produit/fringue/dîners contre mon avis dans un article), pour des échanges de liens (je ne sais pas combien de fois je vais devoir répéter que je ne fais pas d’échange de liens), pour des régies pubs (qui me promettent la richesse bientôt), pour des sponsos (= articles rémunérés), ou pour de l’affiliation.

Au début c’est très chouette d’être sollicitée mais au bout d’un moment, ça peut devenir vraiment pesant. Parce que dans les dizaines de mails que l’on reçoit tous les jours, un bon gros paquet se fout clairement de notre gueule. De l’attaché de presse qui ne t’a jamais lâché un BONJOUR et te harcèle de communiqués de presse tous les jours sur des produits dont tu ne verras absolument jamais la couleur, au gérant d’une start-up qui te demande un article gratos (hashtag #steuplé & #fépatapute), en passant par le milliardième e-shop chinois qui va te demander d’écrire 3 articles pour 20$ sur ses robes de mariées daubées ou son prêt-à-porter dont le XL pourrait se trouver au rayon enfant.

Au fait: NON, Choies, Sheinside, Romwe (ne sont-ils pas dans le même building tellement ils vendent exactement les mêmes choses ?) ne sont pas des e-shop de confiance et ne méritent pas que l’on s’y attarde. OUI, même si ils sont sur tous les blogs. (J’ai essayé les trois, et à part un tee-shirt, le reste est arrivé en RUINE). J’essaye de « donner une chance » et de tester les e-shops qui me contactent avant d’émettre un avis négatif mais force est de constater que dans le cas des e-shops chinois, je suis souvent déçue.

Bref, tout ça pour dire qu’aujourd’hui quand je regarde mon blog, certes la plupart des articles, je les publie avec entrain sur des choses qui m’ont plu, mais il y en a aussi quelques-uns que je vois après-coup, et je dois l’avouer d’abord à moi-même : je me sentais un peu obligée de poster. Non pas que ça n’était pas bien, mais peut-être que je ne me voyais pas forcément en parler pendant tout un article.

Ce sentiment ne vient pas toujours des marques, il vient aussi des liens que l’on tisse avec les relations presses qu’on aime bien et à qui on veut faire plaisir, ça peut aussi venir du fait qu’à ce moment là il est plus facile d’écrire une revue produit que d’écrire un article personnel comme celui-ci, que l’on voudrait plus réfléchi.

Il y a aussi -et je suis persuadée que cela m’influence quelque part bien malgré moi- une grosse compétition entre les blogueuses, qui est sous-jacente, fatigante, déconcertante. Entre la blogueuse de 20 ans un peu starifiée qui ne daignera pas te follower (faudrait pas flinguer son ratio !) ou qui flippe que tu lui parles juste pour lui voler de la gloire et celles qui font des messes basses sur ta silhouette, j’avoue que parfois je ne suis pas mécontente d’avoir un certain recul et d’autres choses dans ma vie.

Et dans cette ambiance, finalement, il y a cette sorte de mythe comme quoi : si tu ne fais pas d’articles sponsos ou de partenariat avec des marques, c’est tout simplement parce que tu n’es pas assez importante. Du coup cette « croyance » te pousse peut-être à accepter plus de partenariats ou invitations que ce que tu accepterais initialement de peur que ton blog tombe dans l’oubli des « pas assez influentes ».

Blog mode melolimparfaite bloc

Bref je ne sais pas, j’essaye d’analyser un peu tout ce qu’il se passe. Ma difficulté à vraiment avoir une vue d’ensemble réside surtout dans le fait que je suis une blogueuse lifestyle et par conséquent je parle autant de voyages, que de beauté, de mode et de bonnes adresses. Et déjà je peux vous assurer qu’il y a une vraie fracture entre les évènements mode et les évènements lifestyle. Beaucoup moins hiérarchisés, beaucoup moins de « c’est quoi tes stats ? » avant même de te dire « Bonjour ». Bref moins de compétition.

Mais il y a aussi la pression des marques. Pour la plupart et pour celles avec lesquelles je travaille régulièrement, je vous rassure ça se passe bien (qui connaît ma patience ultra limitée sait qu’en général je ne tiens pas très longtemps quand on me pompe l’air).

Mais pour des tas de partenariats on a de plus en plus d’exigences. Du genre « Bonjour, je voudrais vous envoyer un collier, qu’il faudra shooter 10 fois et insérer dans tous vos looks + un lien vers le site et aussi poster sur instagram toutes les semaines  et sur facebook mardi à 15h42 puis sur twitter dimanche matin à 6h04 Bisous PS : et plus vite que ça, tu seras bien urbaine ! »‘. Je caricature mais grosso merdo, tu es bien le panneau d’affichage du pauvre et tu seras bien aimable de mettre ton « cadeau » sur un autel et de prier le nom de la marque tous les jours.

Moi je dis, me faire traiter comme si j’étais leur larbin, non pas un humain, mais un encart de pub non rémunéré, ça fait cher le collier/tee-shirt/ crème/peu importe. Je préfère encore me les acheter (ou pas d’ailleurs).

J’en ai assez aussi que les marques de cosmétiques pensent que l’on puisse écrire une revue au bout d’une semaine d’application d’une crème ! Je la mets pendant trois semaines histoire d’être sûre qu’elle ne donne pas de boutons ou de rougeurs ça me paraît juste du bon sens des fois, non ? J’aurais quand même les boules qu’une lectrice vienne me dire que j’ai recommandé un truc qui lui a provoqué des allergies !

Je trouve foncièrement relou qu’en bloguant on doive se justifier sur TOUT, nous sommes avant tout des êtres humains et on ne veut pas recommander n’importe quoi au risque de décevoir les lecteurs ! C’est carrément contraire à notre intérêt !

Enfin (et surtout): marre qu’on m’invite à des soirées sans aucun thème, ni présentation de quoi que ce soit, ni but, avec pour seule animation: un bar, et que l’on m’écrive le lendemain « Tu l’écris QUAND ton article ? ». Mais mon article SUR QUOI ? Les ragots des blogueurs avec un verre dans le nez ? Le champagne servi pour me faire mousser auprès de mes lecteurs (« t’as vu on m’invite partout je suis trop VIP ! ») ? Je ne comprends pas : pourquoi faire des soirées blogueurs si on ne leur donne pas  matière à écrire ? Parce-que tout le monde le fait ? (si vous cherchez une consultante en relations blog je suis dispo en ce moment BY THE WAY. Je bosse aussi pour de vrai en fait, des fois). Pour moi les soirées visent à tisser des liens à long terme, pas à vendre absolument le dernier truc sorti.

Blog Lifestyle Mélo l'imparfaite champagne sephora vogue fashion night out

Évidemment que je ne vais pas tout arrêter, ça serait mentir et ça serait même complètement stupide vu que la plupart de mes collaborations se passent vraiment bien, mais je vais essayer de mieux filtrer. Pour être honnête les collabs qui se passent le mieux sont avec les marques avec qui on tisse une relation à long terme et qui ne nous demande JAMAIS RIEN.

J’ai plusieurs exemples en tête de belles marques, comme par exemple Swarovski qui nous invite à ses évènements, et pour moi c’est toujours un honneur d’y aller et de découvrir les nouvelles collections et participer aux activités organisées sur les thèmes de la soirée. Ni avant, ni pendant, ni après on ne nous demande quoi que ce soit. Et de la même manière, on ne promet rien (d’ailleurs on ne promet jamais rien mais ce que les gens peuvent s’imaginer parfois, me dépasse).

Voilà j’avais envie d’écrire cet article car je trouvais que mes articles des derniers mois avaient pour certains, perdu de leur charme. Je me disais que si j’étais tombée sur mon blog moi-même je n’y serais probablement pas revenue. Confession pour confession, j’ai accumulé beaucoup de fatigue depuis mon déménagement en janvier et j’ai du mal à récupérer. Peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles j’ai fait quelques articles un peu dans la « facilité ».

J’espère qu’à partir de maintenant je retrouverai l’inspiration pour davantage de qualitatif. Bien sûr il y a d’autres articles « collabs » qui arrivent sur le blog mais je pense avoir mieux trié. Je ne sais pas si vous verrez la différence mais je l’espère.

L’important pour moi c’est désormais de travailler à la fois avec des marques avec lesquelles j’ai une belle affinité, mais aussi avec des gens qui ne me prennent pas UNIQUEMENT pour un panneau de pub. Parce-qu’ ici, c’est avant tout CHEZ MOI et que j’ai envie de m’y sentir bien avec mes invités (vous).

Allez, une fois n’est pas coutume, je vous laisse réécouter sans fin les paroles de Jeuhnny, « l’envie d’avoir envie », qui résonnent parfaitement avec l’état d’esprit de cet article (voire qui l’ont un peu inspiré, eh ouais !). Bisous.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mes alliés pour l’hiver

Hello les belles gosses,

Bon, j’arrive peut-être un peu après la guerre mais je voulais vous présenter 4 alliés que j’ai découverts cette année et que je compte bien retrouver les prochains hivers pour lutter contre le froid ! Ma peau n’a jamais été aussi sèche et abîmée que cette année, donc j’ai expérimenté pas mal de marques mais j’ai trouvé mon bonheur principalement en parapharmacie pour tout ce qui est « peau ultra-sèche ».

bloggif_550a08c2042d5

  • L’huile de douche Eucerin : Au premier abord, l’huile de douche ne me tentait pas juste pour une histoire de consistance. Mais celle-ci mousse bien, j’adore son odeur neutre et elle hydrate à fond ma peau déshydratée, j’en suis fan ! En plus on utilise très peu de produit donc la bouteille dure très longtemps. C’est mon petit plaisir du matin !
  • Le baume à lèvres Avène : Lèvres éternellement sèches voire gercée, j’en mets une épaisse couche le soir avant de m’endormir pour avoir les lèvres impec au réveil. Je m’en sers aussi parfois par dessus mon rouge à lèvre pour un effet glossy (ben quoi ?).
  • La crème pour les mains Avène : Si j’ai bien une partie du corps qui ride plus vite que le reste, il s’agit des mains. Victimes de mes expositions prolongées au soleil, et facile à oublier pendant l’application de protection solaire, j’essaye d’estomper un peu les marques du temps et de protéger mes mains de la sécheresse causée par le froid et la crème Avène me procure un confort longue durée, et son petit format me permet de la trimballer partout avec moi.
  • Aquaphor d’Eucerin : Nouveauté cette année, j’ai eu des gerçures sur les coudes ! J’ai toujours la peau très très sèche mais de là à gercer sur les coudes c’était jusqu’alors inédit. J’ai commencé à mettre toutes sortes de crèmes pour le corps et puis finalement en voyant Aquaphor et sa consistance « pâteuse et grasse » (on dirait un peu de la vaseline) je l’ai appliqué sur mes coudes et le lendemain TADAM : ça allait beaucoup mieux. Au bout de trois jours non seulement ça ne me brûlait plus mais en plus mes coudes étaient tous doux ! Bref je valide à fond ce produit là où la peau est endommagée, l’effet réparation est magique.

Et vous, quels sont vos bons plans pour passer l’hiver ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Black & White Sunday

blog mode melolimparfaite look GP zara pull raye blog melolimparfaite bague love blog mode melolimparfaite look zara pull raye blog melolimparfaite montre DW blog mode melolimparfaite look zara pull raye pantalon large

Pull : Zara (collection actuelle)

Pants : Zara (collection actuelle)

Shoes : DC Shoes (ancienne collection)

Bague : Joze Paris

Montre : Daniel Wellington

(code promo « MELO » vous fait bénéficier de 15 % jusqu’au 15 avril 2015)

Hello la compagnie,

Ce dimanche nous nous sommes retrouvées avec les Constance, Manue, Mymy et Poussine au Pain quotidien. Il y a longtemps que nous n’avions pas organisé un petit rendez-vous blogueuses. Pour l’occase j’avais mis mon nouveau pantalon large et un pull rayé court trouvés tous les deux chez Zara, associés à mes baskets blanches DC Shoes (hey, c’est dimanche hein).

J’ai trouvé cette très jolie bague dans l’e-shop de Joze Paris, qui fait vraiment des bijoux super canons. Je ne me lasse pas de cette bague et d’ailleurs toutes les filles l’ont remarquée pendant le brunch. Jetez un coup d’œil sur ces bijoux que vous ne trouvez pas ailleurs !

Enfin je porte une montre Daniel Wellington, une marque que l’on ne présente plus ! C’est ma première montre DW et je trouve qu’elles sont de bonnes qualité, j’adore le fait qu’on puisse personnaliser le cadran, c’est vrai que ça change tout (alors qu’au départ je n’avais pas trop fait attention). Si un modèle vous intéresse, sachez que le code promo « MELO » vous donne droit, jusqu’au 15 avril 2015, à une réduction de -15%  sur le site Daniel Wellington. aapartposLa livraison est gratuite.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Helpling : mon expérience !

Vous en avez forcément entendu parler dans la presse, sur les blogs ou sur les réseaux, Helpling est en train de s’imposer comme plateforme de mise en relation entre les aides ménagères et les particuliers. Simple d’utilisation, elle permet aussi de faire le ménage pour un coût inférieur à n’importe quel autre moyen puisque avec la déduction de 50% sur les impôts le tarif horaire sera de 7.95 € (mais vous payerez 15.90 € de l’heure avant de bénéficier de cette réduction l’année suivante ).

Comme vous le savez, j’ai déménagé courant janvier dans un appartement un peu plus grand. Au delà du déménagement nous avons accumulé les petites poisses (je voudrais revenir sur tout ça dans un prochain article) et je n’ai eu ni le temps ni le courage de faire le ménage de façon régulière.  J’entretiens en surface, mais le ménage en profondeur toutes les semaines, en plus du rangement, du montage des meubles et de toutes la paperasse liée aux changements d’adresse, je n’en avais pas vraiment envie. Seulement, chercher une femme de ménage me paraissait compliqué : je n’en avais jamais eu et je ne savais pas trop à qui m’adresser. Surtout que je n’étais pas sûre de vouloir du ponctuel ou du régulier. J’ai demandé à mes amies, puis à une société, puis j’ai regardé les plateformes comme Helpling. Nous n’arrivions pas à prendre notre décision, nous voulions quelque chose de simple, flexible et d’abordable.

Par chance à la même période Helpling m’a contactée pour me proposer un essai de 2 prestations chez moi. #JOIE !

Parfaite occasion pour nous faire une idée !

Nous avons réservé la prestation sur le site et une première prestataire est arrivée chez nous à l’heure et a commencé à tout frotter. Une dame très gentille et sociable mais j’ai été un peu perplexe à la fin : elle a nettoyé en profondeur des choses que je n’attendais pas (le rebord extérieur des fenêtres) mais pas des choses super importantes à mes yeux (les inoxs et le carrelage de la salle de bain par exemple). Je lui ai montré des tâches sur le mur qu’elle a nettoyées… mais pas les tâches d’à côté… Pour pas mal de choses il fallait que je dise alors que ça me paraissait évident. Elle est partie 40 minutes avant la fin de la prestation alors que beaucoup de choses n’étaient pas faites. Ce qui a été fait était très propre, c’est juste que pas mal de choses ont été oubliées et que cela m’a surpris. Peut-être aurais-je du faire un tour avant qu’elle s’en aille pour lui montrer ce qu’il restait à faire, mais je n’aime pas donner l’impression aux gens de les fliquer.

Pour la deuxième prestation, nous avons demandé à tester avec une prestataire différente. Elle est arrivée 10 minutes en avance, a fait un tour avec moi pour me demander quelles étaient mes priorités, s’est mise au travail immédiatement et m’a appelée une ou deux fois pour me poser des questions « pratiques ». En partant elle m’a montré quelques tâches qui ne partaient pas (que je n’avais pas du tout vues) et elle m’a demandé de faire un tour. Elle est restée jusqu’à la fin de la prestation et, comme je lui avais demandé de faire les fenêtres si elle avait le temps elle m’a simplement indiqué qu’elle n’avait plus le temps mais qu’elle pourrait les faire la prochaine fois. C’était vraiment une option « bonus » donc aucun problème pour moi, lorsqu’elle est partie l’appartement sentait bon, les miroirs, les inox et l’évier brillaient et on voyait la différence.

Blog melolimparfaite Helpling

Mon partenariat avec Helpling aurait pu prendre fin ainsi mais nous avons été contents de cette dernière prestation donc nous avons décidé de continuer.

En conclusion je dirais qu’Helpling est un bon service mais un peu aléatoire. Comme Uber, c’est une plateforme de mise en relation, et parfois vous tomberez sur un prestataire au top, parfois non. Mais ce qui est bien c’est qu’une fois que vous avez la prestataire qui vous convient vous pouvez la mettre en favorite afin que ce soit toujours la même personne qu’Helpling vous envoie. C’est ce que nous avons fait et nous en sommes très contents !

Si vous aussi vous voulez tester Helpling et peut-être trouver la perle rare on vous offre 2h gratuites d’essai avec le code promo : MELOHELP2H alors n’hésitez plus ! aapartpos

Rendez-vous sur Hellocoton !