Bilan 2017

Blog lifestyle Mélo l'imparfaite bilan 2017

Hello la compagnie,

Je voulais avant tout, vous souhaiter mes meilleurs voeux pour l’année 2018… Que l’année soit belle et bonne pour vous et qu’elle vous apporte tout l’amour, le succès et la bonne santé possible. J’espère que l’on ne se perdra pas de vue, ici ou ailleurs ! Je voulais vous faire un petit bilan 2017 avant de passer à de nouveaux articles parce que je n’ai pas toujours le temps d’échanger avec vous sur mes expériences personnelles durant l’année.

J’adore changer d’année parce que je trouve que c’est toujours un bon moment pour l’introspection. En particulier la semaine léthargique entre noël et le jour de l’an, où vous travaillez peut-être mais où personne ne travaille VRAIMENT et lors de laquelle ce coma post-noël nous incite à réfléchir et faire le bilan de ce que l’on a aimé ou détesté pendant l’année qui vient de passer, et ce que l’on aimerait acomplir l’année suivante.

C’était une période que je détestais pendant bien longtemps, en particulier les premières années de mon entreprise, parce que c’était une période où il n’y avait pas de travail. Et bon, quand tu es entrepreuneur tu as toujours peur de ces périodes de vides, parce que quand tu ne travailles pas, tu ne bouffes pas ! Depuis quelques années et probablement surtout depuis que j’ai le blog et que j’ai de plus en plus de mal à décrocher, j’adore cette semaine de flottement. En général j’en profite pour rattrapper un peu ma paperasse, et préparer la nouvelle année en prenant un peu d’avance (sur mes photos, sur mon site, sur les réseaux… Peu importe !).

Cette année, je crois que pour la première fois, alors que j’avais hâte de faire mes to-do list, de voir ce qui serait réaliste dans mes projets etc… Je n’ai rien fait. Je suis rentrée de Grenoble en train le 26 décembre et j’ai joué aux Sims toute la journée (première fois depuis des années !). J’ai pensé à des articles, mais je n’ai pas sauté sur mon clavier. J’ai commencé une nouvelle série et je l’ai dévorée. J’ai posté une photo instagram plutôt tous les deux jours que tous les jours. Et tout ça sans culpabiliser. Je crois que c’est la première fois que je finis l’année autant sur les rotules et que je ne me sens pas coupable de m’arrêter complètement quelques jours.

Pourtant, je ne me plains pas de cette fatigue, parce que ça a été une année vraiment chouette. A la fin de l’année 2016, nous avons déménagé dans un nouvel appartement , et même si il n’est pas parfait et que le loyer fait mal (comme tous les loyers parisiens !), nous avons enfin quitté l’hopital de fous où nous résidions avant. L’année commençait donc carrément mieux ! Un appartement plus calme et situé dans mon quartier de coeur : Montparnasse ! Ca m’avait tellement manqué de vivre ici, d’avoir les commerçants qui me reconnaissent et me saluent, pas du tout comme à Opéra où même les gens qui me voyaient tous les jours me décrochaient difficilement un bonjour.

Alors que je dormais dans l’ancien appart entre 2h et 6h par nuit (vraiment maximum mais en général c’était 4 heures), je dors maintenant 6h ou 7h. Le luxe absolu ! Je suis beaucoup plus efficace dans mon travail, plus réveillée et « présente » en journée, de meilleure humeur et aussi : je ne grossis plus du tout ! Pour rappel j’ai pris 20 kilos en 2 ans dans l’ancien appartement ! Alors bon, je ne les ai pas perdus mais j’ai arrêté de grossir, ce qui est déjà pas mal dans un premier temps ! Pour moi ça a été une bonne chose aussi, parce que je vous avoue que de voir votre corps changer à ce point si vite en ayant l’impression d’avoir perdu complètement le contrôle de la situation, ça fait très peur.

Malgré tout ça, je me trouve assez bien dans ma peau. Je suis stable et heureuse dans ma vie. Le poids n’a pas d’impact là dessus. Ce qui m’attriste et me dégoute peut-être, c’est de voir à quel point les gens (proche ou inconnus) sont obsédés par mon poids (et le poids en général). J’y reviendrai sûrement dans un article dédié parce que le sujet du poids est vaste et je pense qu’il mérite un développement propre.

Je vous raconte tout ça parce que je me suis mise à pleurer il y a quelques jours, quand quelqu’un me parlait pour la énième fois de mon poids. Je me suis mise à pleurer, non pas parce que je suis grosse, mais parce que je me suis dit : « Après l’année que je viens de passer, après le travail fourni, après les challenges et les réussites, après toute la progression… la seule chose que l’on va aborder comme sujet en cette fin d’année, c’est VRAIMENT mon poids ??? ». J’étais verte, c’est le moins que l’on puisse dire.

Alors je me suis dit que je devais mal communiquer -même à mes proches- sur ce que je faisais de mes journées. Il est vrai que je suis un peu secrète sur certains aspects de ma vie, même si être « influenceuse » (il faudrait vraiment qu’ils trouvent un autre mot pour ce métier mais bon ! Vu que c’est celui qui est utilisé pour l’instant vous me pardonnerez !) donne l’impression de n’avoir aucune vie privée, il y a beaucoup de choses que je n’aborde pas, finalement ! Je peux être une pipelette et parler trop, mais pas sur tous les sujets.

Cette année a été pour moi d’une part l’année de la transformation et de l’apprentissage, et d’autre part l’année où je me suis rapprochée le plus possible de VOUS, mes lecteurs. Je vous l’avais dit en janvier dernier ; vous êtes essentiels à ce blog et je tiens à vous remercier autant que possible d’être là après toutes ces années. Certains sont là depuis le tout début ! Grâce notamment à Snapchat ou aux Instastories, j’ai pu échanger avec vous par vidéos et j’ai pu organiser avec Avène une rencontre géniale avec 10 d’entre vous ! J’espère qu’il y en aura d’autres !

Le premier trimestre étant calme, je me suis surtout concentrée sur les moyens de me rapprocher de vous et de vous faire participer davantage à l’aventure. C’est aussi une période durant laquelle a commencé une sorte de chasse aux sorcières dans la blogosphère, particulièrement malsaine et hypocrite, qui a pris des proportions dégueulasses et m’a fait m’éloigner rapidement de personnes que je pensais être des copines, aussi bien dans les Relations Presse que dans les blogueuses. Je n’ai qu’à grandir un peu. C’est aussi l’année où seul instagram est devenu maître du jeu et où tout le monde a voulu croquer sa part du gateau. Si au début du jeu chacun a su toutes proportions garder pour essayer de tirer son épingle du jeu, on est passés au stade de la schizophrénie.

Je vous l’avoue, je me désintéresse de ce réseau de plus en plus, alors qu’il était mon réseau préféré. Ce culte de la perfection, sa dictature de la performance en like et commentaires, le fait que ce soit un réseau drivé essentiellement par du vent (en commençant par les mises en scène des photos de nos moindres croissants) mais aussi… Le fait que tout le monde essaye d’augmenter son engagement mais j’ai une question : quand vous voyez  les comptes d’instagrameuses comme Debiflue ou Gypsea_lust par exemple… 2 jeunes femmes blondes aux yeux bleus, à la plastique « irréprochable » montrant très souvent un popotin bien ferme dans des eaux turquoises, cheveux dans le vent, animaux sauvages, fonds marins déments et paysages à couper le souffle. Avec un mec photographe professionnel et les plus beaux 5 étoiles du monde qui les invitent de partout. A partir de là, CONCRETEMENT, niveau feed, vous voulez faire quoi de mieux, ou plus original ? Instafusée et poser avec un alien (je de-man-de !) ? Parce que moi je ne vois pas. Et force est de constater que sur Instagram, paradoxalement, ce ne sont pas les belles photos qui font gagner des followers mais la popularité. Il y a de grosses blogueuses dont je trouve le feed étonnament moche et pourtant elles ont une communauté immense.

Et puis, tout cela mis à part… Tout le monde copie tout le monde au niveau des filtres, des poses, des lieux…J’ai l’impression d’avoir tout vu 50 000 fois . Alors j’ai plus de plaisir à échanger avec vous via les stories ou les snaps, sans filtres, sans mise en scène. Donc j’y reste, sur Insta, mais je m’en détache petit à petit, en espérant qu’on trouve un équilibre entre les différents médias. Parce que moi j’ai démarré ce blog parce que j’adore écrire… Je pourrais vous écrire toute la journée. J’aime bien prendre des photos aussi, mais moins. Et en fait j’adore prendre des photos à ma façon, et pas forcément « la façon qui marche sur instagram ». Je crois que quelque part, j’en veux à Instagram de me prendre du temps sur l’écriture et la relation que l’on a nouée ici, sur ce blog. Une vraie relation.

Bref, tout ça pour vous dire qu’en vivant désormais Rive Gauche (la plupart des evenements se passent Rive Droite) et avec l’ambiance cramoisie qui a régné cette année j’ai pris beaucoup de recul avec la blogosphère et ça m’a fait du bien. Ca m’a un peu attristée aussi, mais comme je prends tout à coeur, j’ai préféré m’éloigner et me protéger. Comme dirait Jean-Jacques Goldman, en ce qui concerne la blogo (qui a fini par rimer avec Gestapo et mytho), je n’aurais pas aimé « naître en 17, à Leidenstadt ». Les gens sont prêts à tout, mais vraiment à tout, et humainement je les trouve assez médiocres pour des personnes qui en plus se targuent d’avoir une morale, EUX.

Tout cela m’a amenée, aussi, à commencer à reprendre une direction plus saine pour mon blog : mieux sélectionner les marques avec lesquelles je travaillais, limiter au maximum les partenariats. Tout n’est pas encore parfait mais le blog ressemble davantage à ce à quoi j’aspire et qu’il n’était plus du tout. Un bout de moi et un peu d’autres choses, mais quand même un bout de moi. Je compte donc un maximum sur 2018 pour que le blog ressemble vraiment complètement à ce que j’en attendrais en qualité de lecteur. Il ne tient qu’à moi de me tenir à ma ligne de conduite.

Le blog me permet toujours de vivre des expériences fabuleuses, de travailler avec des marques que j’aime et de partir dans des lieux magnifiques comme cette année Ténérife, Djerba, l’île Maurice, Malte, Bali, la Hollande… Des expériences toujours génialissimes qui m’émerveillent !

Enfin pour 2017, en limitant les évènements et les partenariats, j’ai décidé de me concentrer sur plusieurs aspects de ma vie :

  • Redresser ma société et la remettre dans le droit chemin car elle a pas mal souffert du temps consacré au blog !
  • Me former dans certains domaines, notamment le marketing et la vente mais aussi certains réseaux sociaux (Pinterest était un mystère pour moi), le SEO et d’autres domaines utiles dans lesquels j’étais particulièrement ignorante. Le problème quand tu commences à apprendre c’est que tu veux toujours en savoir plus, en lire plus et tester de nouvelles techniques… Donc j’y ai passé un temps fou mais à force de pratiquer, ça rentre un peu et je m’améliore. Comme le sport, le plus difficile est de s’y mettre mais après, ça devient une routine et tu réalises l’importance de ces détails et ce qu’ils t’apportent.
  • Suivre des programmes de développement personnel. Jusqu’à cette année je lisais souvent des livres de développement personnel mais de façon espacée. Du coup, ça me paraissait plutôt abstrait, je n’arrivais pas toujours à tout connecter pour utiliser les conseil de certaines vidéos ou de certains livres, bien qu’ils me paraissaient avoir du sens. J’étais toujours dans une sorte d’introspection à me demander ce qui n’allait pas chez moi, ce qui me bloquait ou ce que je ne comprenais pas. Et puis le Banjo m’a proposé de suivre un programme d’Eben Pagan avec lui et j’ai accepté par curiosité. J’ai bien accroché avec le rythme de ses vidéos et la façon dont il abordait les choses. Nous avons donc enchaîné avec plusieurs programmes de développement personnel qu’il propose et j’aime aussi le fait qu’il donne une liste de livres très intéressants et absolument nécessaires à la maîtrise du sujet sur lequel on essaye de travailler. On a enchaîné les programmes de plusieurs personnes, des vidéos, des podcasts, la plupart venant de grands « gourous » du développement personnel aux Etats-Unis. Et puis, ça a pris forme. Ca devenait concret. Les vidéos, les podcasts, les livres et les discussions sur le sujet avec le Banjo… Je commençais à voir une ligne directrice dans toutes ces idées lancées vers moi dont je ne savais initialement pas vraiment quoi faire. La répétition, la réfléxion, le travail et également les exercices des programmes combinés m’ont fait intégrer un état d’esprit différent de celui que j’avais. Et l’état d’esprit est une base importante à tous les niveaux. Je me sens plus responsable de mes actes, plus proactive, et encore plus déterminée. Je vous préviens cependant que c’est un engrenage dont il est parfois difficile de sortir… Il y a toujours plus de programmes, plus de podcasts, plus de livres à lire…Mais c’est réellement passionnant. Parfois éprouvant, certes, surtout au début, quand on vous pousse à réfléchir à tous vos démons passés et actuels. On vous force à réfléchir à des choses que vous n’avez pas forcément envie de ramener à la surface. Et pourtant, pour les chasser, il faut en avoir conscience. Alors j’ai essayé de combattre le côté obscur de la force et j’ai travaillé pour donner une forme à mes idées. Et je suis plutôt contente de la progression.
  • Nous avons aussi introduit 10 minutes de méditation le matin. Pour moi, c’est plus facile au réveil alors que les volets sont encore fermés et que mes sens ne sont pas encore trop stimulés et mon cerveau est encore au repos. Si je fais de la méditation en pleine journée il m’est plus difficile de trouver le calme nécessaire (à l’extérieur mais aussi en moi-même) pour faire cela correctement. Je trouve que ça m’a bien aidé à rester zen !
  • C’est très clairement lié au développement personnel car c’est conseillé dans plusieurs programmes, mais Le Banjo et moi nous sommes inscrits à un club de groupe de parole  TOASTMASTERS. Dans mon cas j’aurais préféré me couper une jambe. Me jeter dans un club où je devais prendre la parole en public devant des gens que je ne connaissais pas, et en plus en anglais ? NO, THANKS ! Dans le club où nous sommes, le meeting se déroule en anglais mais il y en a en français ailleurs si cela vous intéresse. Le but est d’améliorer votre façon de communiquer à l’oral, que ce soit dans le cadre de votre travail -si vous animez des réunions et séminaires-, ou de convaincre si vous êtes vendeur, par exemple. Ou ça peut être simplement de mieux communiquer pour vous faire des amis ou même établir plus d’autorité avec vos enfants ! Les meetings sont très structurés, on passe d’abord par des speechs improvisés (on vous pose une question de tous les jours et vous devez répondre de façon structurée en 2 minutes… Détrompez vous ce n’est pas facile !), puis il y a des speechs préparés de 5 minutes. Ensuite il y a une deuxième partie où tous les membres évaluent les intervenants, mais c’est toujours de façon bienveillante. J’ai appris beaucoup en seulement 3 mois chez Toastmasters, et notamment sur la façon de délivrer un message de façon positive même lorsque celui-ci est négatif. En ce qui me concerne c’est très utile, parce que je suis d’une franchise très brutale et directe. Je ne comprends jamais pourquoi les gens disent sans arrêt qu’ils veulent que l’on soit honnêtes et « sans filtres » avec eux, mais de toute évidence, dès que je commence à ouvrir la bouche, les gens tremblent et le prennent mal… Du coup la plupart du temps je me tais, et quand j’explose la plupart des gens ne comprennent pas d’où ça sort et me prennent pour une folle. J’apprends donc progressivement (ou du moins j’essaye) une forme de diplomatie (et ça, c’est une grande nouvelle !). Au départ j’aurais pu me dire que je m’en fichais mais l’exemple des autres membres m’a donné envie d’essayer. Il y a une réelle bienveillance de chaque membre envers les autres pour les faire progresser. Le plus important pour moi, c’est que je suis un peu moins timide depuis que je participe à ces meetings. Je sais que beaucoup n’y croient pas, mais je ne suis pas capable de demander l’heure ou le chemin dans la rue. Si je vais à une soirée et que personne ne me parle, je peux faire tapisserie sans problème, j’ai une grande expérience. Une fois qu’on engage la conversation avec moi, ça va, j’essaye de rebondir. Mais tant que personne ne me parle, je reste dans mon coin. Lors d’évènements récents je me suis aperçue que j’étais un peu moins hésitante à parler à des inconnus et à essayer de briser la glace. Par contre c’est à double tranchant, j’essaye souvent un humour décalé et si ça tombe à plat je retourne me cacher dans ma grotte… Mais si ça marche, bingo ! Bon, je ne suis pas devenue extravertie pour autant, mais disons que je vois une légère amélioration, et ça c’est plutôt cool.

Alors, est-ce que je vous ai écrit tout ça pour vous dire que je suis devenue plus belle et plus intelligente ? Non ! Mais même si cette année 2017 n’a pas été l’année de tous les acomplissements, elle a certainement été l’année où je me suis le plus sérieusement engagée dans mon evolution professionnelle et personnelle.

J’y ai passé, il est vrai, un temps fou, mais en ce début 2018, je vois déjà les progrès qui résultent de cet investissement et je me dis que j’ai bien fait de planter toutes ces petites graines pour qu’elles poussent et m’aident à m’orienter vers de meilleurs résultats en 2018 et toutes les années qui suiveront. En ce qui concerne ma société également, même si elle n’a pas atteint tous les objectifs dont je rêvais, elle a un peu remonté la pente cette année. Tout n’est pas au top mais on va dans la bonne direction… Et c’est ça qui m’importe !A mes yeux, une fois cette démarche entamée, tout ne peut tendre que vers le mieux sur le long terme.

Je ne vous cache pas que ça requiert une certaine discipline, de travailler sans arrêt sur soi et sur ses projets. Une discipline que je ne pensais pas avoir, peut-être. Je suis déterminée, on ne peut pas me l’enlever, mais parfois je rejette les contraintes et l’autorité en bloc. Heureusement, j’ai la chance d’avoir une source d’inspiration infinie près de moi, qui est aussi l’amour de ma vie : Le Banjo. Voir sa détermination au quotidien me motive à suivre ses pas. Après tout, c’est lui qui m’a demandé en premier lieu si je voulais suivre un programme avec lui pour voir…Puis ce sont les programmes qui m’ont fait lire des livres et entreprendre des formations.

Et ça a débouché sur une année épanouissante comme celle-ci. Une année où je n’ai pas été juste « une fille qui a grossi » mais où j’ai fait plein de choses intéressantes, appris et travaillé sans avoir le temps de me demander si j’allais faire la couv’ de Vogue. Parce que je sais que même si c’est mal vu en France d’avoir confiance en soi,  je pense que je vaux bien mieux que « juste » ça !  Et je ne dirais pas forcément que cette année m’a changée, mais elle m’a ouvert tellement de nouvelles perspectives. Alors pour ce bilan 2017 je dirais : merci l’AMOUR et merci la VIE pour cette étonnante année et j’ai juste hâte de voir ce que nous réserve 2018 et les suivantes !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 Comments

Got Something To Say:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Je suis ravie de voir que l’année a été plus chouette que la précédente où tu semblais vraiment souffrir de ton lieu d’habitation. Je te souhaite le meilleur pour 2018 !

Bonne année 2018 à toi !!
Je suis ravie de passer du temps par ici à te lire, j’aime bien quand c’est long 😉
J’aime échanger avec toi, tu es une chouette nana vraie, spontanée, on se sent facilement proche de toi.
Je pense que je serai encore là cette année alors à bientôt !
Bises

Coucou ma Melo !
Je te souhaite une merveilleuse année, je te suis toujours de loin… tu me manques… tellement de choses à te raconter ! Je serais quelques jours sur Paris, bientôt, on peut se voir
Des bisous tout plein rien que pour toi

Coucou ma belle,
Meilleurs vœux à toi aussi!
Comme je te comprends d’avoir fini par pleurer qu’on ramène tout à ton poids. J’en ai moi fait les frais. D’ailleurs, j’ai écrit un article qui me tient à cœur sur ce sujet qui sera publié demain soir (je redoute un peu les réactions, mais bon, il faut bien se lancer parfois).
Quant à la blogosphère, la province n’est pas épargnée et rassures-toi, ça sonne faux et ça se voit même à distance. Je fuis les events, de toute manière, je ne souhaite pas être une influenceuse.
Beaucoup de nanas ont pris un melon en l’espace de quelques années de blogging que ça me fait presque de la peine pour elles. C’est un métier éphémère, comment vont-elles réagir lorsque celui-ci va évoluer, changer, ou disparaitre au profit d’une autre forme de support de communication… Elles vont se taper une bonne dépression. On commence à voir quelques anciennes se questionner de plus en plus sur leur avenir…
Bises

    Tu ne m’etonnes pas en me disant que c’est pareil en province, je pense que ça touche la blogo du monde entier.
    Je parlerai davantage de mon poids dans un post different je pense mais c’est important d’avoir plusieurs ressentis et tu fais bien de te lancer sur ce sujet épineux ! Une belle année à toi <3

Belle année à vous deux Mélo ! Je me suis reconnue dans pas mal de points de ton bilan… Et je suis ravie de lire que, comme moi, tu te retrouve petit à petit . 2018 sera encore meilleure 😙

Bonne année ma Mélo, c’est fou en effet la fascination que la société a pour le corps et le poids en particulier, personne n’est épargné… mais j’adore ton attitude face à ça et personnellement je te vois d’abord comme une personne ayant une grande confiance en elle, je ne pourrais pas m’exposer ainsi (et pas que « visuellement ») et affronter les critiques, ça demande une vraie force de caractère. Bref, et sinon, c’est quoi la série que tu as dévorée :p ?

Super article ma melo.
Tu es toi aussi une source d’inspiration. Continue sur cette lancée… ton équilibre n’est pas loin j’en suis sur

Bisouuus

bravo ma belle de t’être livré comme ça ! ça a du te faire un bien fou, j’adore ta franchise et ta bonne humeur, tu me fais rire, tu es vraie et c’est cela le plus important <3
biz Jeny

J’aime beaucoup ton article ! Je suis tout à fait d’accord avec toi sur de nombreux points mais l’essentiel et tu l’as bien compris c’est de se recentrer sur soi et sur ses objectifs personnels pour être en accord avec soi-même ♥

Hello Melo, Je ne viens pas souvent ici te lire et nous avons plutôt l’habitude d’échanger sur Insta mais j’avoue que j’ai bien fait de venir lire cet article-ci. Moi aussi j’ai commencé à tourner en rond sur Instagram à cause des feeds lisses et sans matière. et finalement j’ai décidé que moi je ne serai pas « lisse et sans matière », que mon feed ferait parti de la catégorie « authentique ». Je ne sais pas si ça marche vraiment mieux mais dans tous les cas il me ressemble plus et rien que ça, ça me fait du bien et j’ai gardé le plaisir d’utiliser Instagram de cette manière. Tes lignes aussi m’ont fait du bien, je te sens plus sereine et détendu que dans nos précédents échanges (même si ils ne sont pas si nombreux que ça). N’oublions pas que l’essentiel est de rester soi-même et de ne pas se perdre. Je te souhaite donc une merveilleuse année 2018, je pense que tu en as bien pris le chemin ;).

Coucou ma Mélo,
Je te souhaite une Bonne Année 2018 et que tous tes projets pro et ta vie personnelle puisse te sourire.
C’est pour moi un réel plaisir que de te suivre depuis ces quelques années.
Tu sais nous proposés des articles et des découvertes intéressantes et enrichissantes.
Merci pour ta bienveillance, ta gentillesse, ton empathie, ton enthousiasme, ton positif, ta franchise.
T’es pour moi une Femme en Or aussi belle à l’extérieur qu’à l’intérieur.
T’es à mes yeux une amie même si c’est encore que virtuellement, mais j’espère te rencontré prochainement.
Merci pour ton article sur ton année 2017, que j’ai bien aimé.
Désoler pour les fautes, je suis dyslexique et dysorthographique.
Je t’adore, et ça, ça ne changera pas.
Bisous Mélo <3
Passe un bon dimanche.

    Bonjour Kevin ! Quel petit mot adorable de ta part ! Je sais que tu as été un des plus fidèles lecteurs à travers les années en laissant toujours des commentaires si gentils sur les réseaux sociaux, et je t’en suis infiniment reconnaissante, j’ai beaucoup de chance ! Merci pour ces mots qui reboostent encore plus !