unforgettable

Comme je vous l’ai dit, pour mon anniversaire mon souhait le plus cher était d’aller nager avec les dauphins. Malheureusement ce jour là, l’océan étant trop agité, nous avons reporté l’excursion à plus tard. Pour être sûrs de les croiser, nous devions partir très tôt (5h du matin… je vous passe les détails sur ma tête…) notre guide Kishen (qui nous trimballe partout depuis notre arrivée sur l’île) est donc venu nous chercher à l’hôtel. Dans la voiture, nous n’avons pas beaucoup parlé, je crois qu’on était tous les 3 au radar puissance 1000.
Nous sommes arrivés à La Gaulette chez son cousin qui était prêt pour nous emmener sur l’océan. En prenant le bateau si tôt, le vent dans les cheveux et les premiers rayons du soleil tapant sur mes épaules, je ressentais cette liberté et se bien être qui me frappaient tous les matins lorsque j’allais bosser en taxi-moto lorsque j’habitais en république dominicaine. Les premiers rayons encore doux qui passaient entre les branches des arbres et avec lesquels j’avais l’impression de m’amuser à faire la course, tous les matins. Bref j’étais heureuse, la lumière était parfaite, l’eau était calme et il n’y avait que nous sur nous avions le bateau pour nous tous seuls (enfin il y avait Kishen et l’équipage mais pas d’autres touristes). Quand on respire cet air là, on ne regrette pas de s’être levés tôt.
 As I have said before, my dearest wish for my birthday was to swim with dolphins. Unfortunately that day, the ocean was too rough so we postponed the trip for later. We had to leave very early to make sure we’d see them (5am I‘ll spare you the details of my face falling apart …) Kishen, our guide, (who drove us around everywhere since our arrival on the island) had come to pick us up at the hotel. In the car, we did not talk muchI think we were all exhausted.
 
We arrived at La Gaulette where his cousin was waiting to take us to the dolphins. Taking the boat so early with the wind in my hair and the first rays of sun hitting my shoulders, I felt the freedom and well-being that used to hit me every morning when I went to work with the motorcycle in Dominican Republic. Anyway, I was happy: the light was perfect, the water was calm and there was only us on the boat (well there was Kishen and the crew but no other tourists) . When you breath this air, you do not regret getting up early.
 Départ (on ne regarde pas ma tête j’ai dit ^^) / Departure (Don’t even look at my face !)
Lunettes / Sunglasses : Mister Spex

 Après deux heures de recherches, nous avons enfin trouvé les dauphins ! Malheureusement, c’était une espèce qu’ils n’avaient jamais vue, et qui portait des traces de combats sur le dos alors nous n’avons pas pu nager avec car l’équipage avait peur qu’ils soient agressifs. 
After searching for 2 hours, we finally found the dolphins ! Unfortunately, it was a species that our guide had not seen before and did not know if they could be agressive.  So we weren’t able to swim with them this time…

 Ici, on a fait du snorkeling avec plein de jolis petits poissons de toutes les couleurs… Dommage je n’avais pas d’appareil pour prendre des photos sous l’eau ! 
Here is the place where we went  snorkeling, and we saw a lot of wonderful colored fish ! Too bad I did not have a camera that goes under water !
 Ils nous ont montré comment attraper un poulpe…
They showed us how to catch an octopus

 Entrée délicieuse / delicious starter
 Langouste à tomber / Awesome Lobster
Banane Flambée
L’île aux bénitiers juste pour nous !
 Nice beach

Malheureusement il a fallu nous éloigner de notre petite île déserte / Unfortunately we had to leave our island : bye-bye paradise !
Kishen, (our guide) & Melo
Bien que nous n’ayons pas pu nager avec les dauphins ce jour là, cette journée reste inoubliable. Nous étions tous seuls sur l’île, nous avons super bien mangé et l’équipage s’est ensuite eclipsé pour nous laisser en amoureux… nous avons vu de superbes poissons tous différents… bref, encore une fois notre guide et ami Kishen nous a fait découvrir  son pays dans les meilleures conditions. C’est quelqu’un de très professionnel et très attentionné : si vous allez à Maurice et que vous ne savez pas où commander vos excursions, passez par lui, il n’est pas cher du tout par rapport à la concurrence, il parle bien français et anglais et il a toujours des petites choses à vous faire découvrir en plus ! Il m’a vraiment impressionnée ! Partout où nous voyageons nous prenons des guides et Kishen est de loin le plus pro et le plus attachant…
Although we couldn’t swim with the Dolphins that day, this remains a great memory. We were alone on this small island, we ate like royalty, and the crew  left us alone for a while ; so romantic ! We saw beautiful fish… so, yeah… Kishen once again did a great job making it a wonderful experience. He is professional  and so nice with people ! If you go to Mauritius you HAVE TO call Kishen ! He makes every experience unforgettable, he speaks very good french and english and his prices are very reasonable. I was very impressed with him!
Pour le contacter à Maurice / To contact him  :
Kishen Gunesh : Best guide EVER 🙂
http://mauritius-dreams.com
Mobile: +230 721-0852 
Rendez-vous sur Hellocoton !

Le #Mont St Michel avec #France Tourisme

J’ai attendu un peu, histoire de me détendre un peu les cordes vocales, mais ça n’est pas pour autant que je vais enjoliver tout ça. Cette année j’étais un peu à court d’idée, pour l’anniversaire de l’homme, et quand j’ai essayé de lui poser des questions, il m’a répondu franchement que rien de matériel ne lui ferait spécialement plaisir (ou alors des trucs hypers chers que je ne pourrais pas me permettre de lui offrir). Il m’a dit « par exemple comme il y a deux ans ». Il y a deux ans nous étions allés à Giverny voir les jardins de Monet. Ca faisait un moment qu’il m’en parlait, mais ne sachant conduire ni l’un ni l’autre, toute excursion en France devient un peu compliquée. Surtout dans des endroits comme Giverny ou le Mont St Michel, qui ne sont pas accessibles facilement depuis une gare. Bref. Cette année là, j’avais choisi les services de France Tourisme, pour nous amener en mini-van dans les jardins du célèbre peintre. C’était un peu cher, mais pratique, et comme l’homme est né en août, nous avons eu un grand soleil et avons pu profiter pleinement des jardins. Arrivés sur place, petite surprise: notre « guide » qui ne nous avait pas tellement parlé de quoi-que-ce-soit, nous largue devant l’entrée en nous disant de le retrouver à la sortie. Les gens avaient râlé car ils avaient payé pour une « visite guidée » (c’est ce qui est marqué sur leur site), mais en ce qui me concerne, ça ne me dérangeait pas plus que ça de visiter à notre rythme, et ayant un peu échangé avec le guide pendant le trajet, il me semblait qu’il n’avait pas beaucoup d’informations à partager. Clairement il était plutôt chauffeur que guide, mais ça n’était pas très grave, nous avons glané quelques infos à l’intérieur de la maison et des jardins. Le retour s’était déroulé dans un froid glacial, entre clients brésiliens mécontents, chéri et moi entassés sur un siège trop petit pour je ne sais plus trop quelle raison, et le guide-chauffeur qui voulait me faire passer son CV pour changer de boulot (c’était donc ça…) après m’avoir un peu cuisinée sur mon métier. Impression mitigée de cette demi-journée et sentiment d’avoir payé un peu cher pour ce que c’était, mais le chéri était satisfait de sa balade, et ça, ça n’a pas de prix.
J’ai longtemps hésité avant de prendre l’excursion au Mont St Michel avec eux. 110 € par personne pour une journée je trouvais cela un peu cher, sachant que nous étions partis 4 jours à Venise pour 150 €/personnes en bus en plein carnaval (et avec l’hôtel !) avec Promovacances. En comparaison le Mont St Michel étant beaucoup plus près – donc le trajet étant beaucoup plus court et ayant moins besoin d’essence -, et ne restant pas la nuit, j’avais du mal à m’expliquer que l’on paye si cher. Mais bon. En dernière minute le train était cher également et nous obligeait à prendre une navette supplémentaire de la gare. Là c’était simple : on nous y amenait, on nous ramenait, et de plus on avait un guide, c’était bien marqué sur le site, et pour le Mont St Michel ça me paraissait quand même important. Bon, à deux jours de l’anniversaire, j’ai cédé pour cette solution, n’ayant pas beaucoup d’autres idées sous le chapeau.
C’est donc le lendemain de notre visite au Manoir de Paris et de la projection privée de BAD 25 que nous avions l’immense plaisir de nous lever à 5h30 du matin pour prendre le bus à l’agence de France tourisme, sur les quais de Seine à 7h00. Un tout petit peu au radar, nous traînions notre carcasse jusque là, voucher d’échange dans la main, prêts à pioncer monter dans le bus. Je me mets dans la file d’attente pour présenter mon voucher à la demoiselle, elle prend mon nom, me raye de la liste, et j’en profite pour lui demander si ils ont des toilettes, vu qu’on s’apprête à monter dans le bus et que j’ai déjà une envie pressante (pourtant j’avais fait exprès de ne rien déjeuner). La jeune fille me répond que non, que les toilettes ne sont que pour le personnel, et qu’elle ne peut pas me laisser les utiliser car sinon tout le monde allait faire la même chose. Certes. Ça, tu vois c’est vraiment un truc qui m’exaspère. Parce qu’en fait j’ai pas forcément envie de me justifier sur le pourquoi du comment j’ai besoin qu’on me laisse accès aux toilettes à des gens que je ne connais pas, ni de les supplier. Donc je lui demande calmement (juste pour avoir une idée de ce qui m’attendait) si il y a des toilettes dans le bus et combien de temps durait le trajet (je n’ai pas insisté pour qu’elle me laisse aller aux toilettes, je voulais juste évaluer la situation)… Et là, je ne sais pas du tout pourquoi, elle s’est emportée toute seule -je n’avais pas été agressive du tout- et elle m’a dit assez fort et sèchement : « Écoutez Madame, pas la peine d’insister les toilettes ne sont que pour le personnel, maintenant ça suffit, vous pouvez aller attendre votre bus, moi je ne peux rien faire ». Un dimanche, à 7h du matin, elle fait genre elle m’apprend la vie. Attention maman va me mettre une fessée parce qu’elle se dit que, quand même, j’aurais pu faire pipi chez moi. Pardon maman. Elle me lance au passage que le voyage dure 5 heures ! 5 heuuuuuures ! Évidemment ça n’est marqué absolument nulle part sur leur site. Il est juste indiqué que cette journée « avec visite guidée » durera 14h en tout. Donc déjà si tu comptes 5h aller, 5h retour, tu comptes comme moi qu’il te reste….4h au Mont St Michel. Bon, je me suis dit, c’est un peu de ma faute, n’ayant pas de voiture, on circule peu en dehors de Paris et je n’ai pas trop la notion de la distance. Mais quand même je pensais que ça serait 3-4h de trajet et plutôt 6-8h sur place. Bon. Tant pis pour moi sur ce coup. J’ai préféré me taire vu son agressivité, et vu mon état. C’est à dire que je suis quelqu’un d’assez zen, mais quand je m’énerve je ne sais jamais jusqu’où ça peut aller. Et de toutes façons si on joue vraiment au con avec moi, je suis foutue de pisser dans le bus, ce qu’ils mériteraient vraiment. (Je suis désolée d’insister, mais quand tu es un point de départ touristique, soit tu prévois des toilettes à l’agence, soit dans le bus. Même en Egypte, à Bali, ou dans la jungle thaïlandaise, on arrivait à trouver des toilettes pendant les excursions. Bref. On va pas y passer le nouvel an, mais ça m’a mis d’humeur pour la journée.)
Le trajet s’est bien passé, le bus était propre et confortable. On a fait une pause pipi après 3heures (Hourra) et on a pu s’acheter un croissant. Pas à boire, tu penses, trop peur ! Quelques minutes avant d’arriver, la guide s’est mis à nous parler de la Normandie et des spécialités régionales et ses vaches. On s’en foutait un peu, je dois dire, j’attendais surtout les infos sur le Mont St Michel. Elle nous a résumé l’histoire en deux phrases Texto : 1/ St michel a dit 3 fois pendant le sommeil du prêtre qu’il devait construite l’abbaye donc il l’a fait construire  2/ Le prêtre a été marqué par le pouce de St Michel sur son crâne. Nous v’là bien avancés. Je me suis dit qu’elle nous en dirait plus sur place. Que nenni. Elle est descendue du bus au pas de course, elle a filé pour rejoindre la navette. Je me suis arrêtée pour prendre une petite photo pendant 10 secondes et j’avais déjà été semée par le groupe. Clairement on n’avait pas de temps à perdre. 

Une fois arrivés au pied du Mont St Michel, elle nous donne les tickets d’entrée et nous propose de nous rejoindre au même point de rendez-vous dans 3h. Ouep ! 3 heures ! Alors déjà la visite guidée j’ai envie de te dire en toute politesse qu’on se la mettait au fond à gauche (même si la fille était très sympa, mais à mon avis elle n’est pas véritablement guide et elle n’est pas payée en tant que tel… et vu comme sa collègue de l’accueil m’avait enchantée dès le matin je n’avais pas envie de partir sur un débat « visite guidée vendue- pas de visite guidée là-bas » surtout que ça n’est pas sa faute à elle, et ça semble être la pratique habituelle de France tourisme, bref.). Mais en plus, trois heures sur place pour tout visiter, t’as intérêt à être au taquet. Heureusement que nous sommes allés direct à l’abbaye, car l’ascension + la visite de l’abbaye, les quelques photos etc… ça nous a pris 2h30. Pendant l’ascension on nous a proposé plein de petits musées qui nous tentaient, mais nous avons été inspirés de décliner en disant qu’on verrait suivant le temps qu’il nous resterait car il aurait été impossible de tout faire. L’abbaye était fantastique, malheureusement nous manquions cruellement d’infos sur son histoire et sa construction. L’homme et moi, complètement novices à ce sujet, n’avons sûrement pas apprécié à sa juste valeur ce bijou architectural et historique, pour ces raisons, et je trouve cela bien dommage ! Nous aurions aimé aussi avoir le temps de voir les musées annexes, peut-être que les informations de ceux-ci nous auraient permis de mieux comprendre ce que nous voyions.
En descendant, nous nous sommes arrêtés dans un restau de pizzas-crêpes (trop de monde chez la mère Poulard !) en leur disant que nous étions pressés. Le restau était assez vide donc nous avons pensé que ça ne poserait pas problème. Même pas ils nous ont amené la carte. On s’est levés, on est passés devant eux, mais non, rien à faire. Bon ! Ensuite nous sommes allés dans un restau avec terrasse, je crois qu’il s’appelait le « mouton blanc ». Là j’ai insisté à l’accueil pour pouvoir commander tout de suite et manger en moins d’une demi heure. On nous a amené les cartes illico, et ensuite le personnel a littéralement disparu, puis a réapparu pour faire la plonge, débarrasser les tables voisines, en servir éventuellement d’autres arrivées après nous… bref… autant dire que si, en 20 minutes ils n’avaient pas fait la démarche de prendre la commande, ils n’auraient pas le temps de préparer le plat, le servir, puis de nous débarrasser et nous encaisser. Nous sommes donc de nouveau passés devant eux et ils nous ont salué d’un grand « AU REVOIR », du genre « on s’en fout, on aura toujours des clients ». D’un côté, ils n’y sont pour rien si l’excursion ne nous laisse pas assez de temps pour pouvoir vraiment manger autre chose qu’un sandwich dans la rue, finalement -mais bon quand t’as une excursion de 14h et qu’il fait assez frais, tu as envie de te mettre à table et déguster au moins un petit plat chaud- mais d’un autre côté je suis bien contente de ne pas avoir pu manger et de donner de l’argent à des gens qui se foutent de la clientèle, juste parce qu’ils sont situés dans un endroit très touristique.

Nous avons rejoint le point de rendez-vous et j’ai un peu évité la « guide » parce que ça commençait à faire un peu-beaucoup de choses qui me contrariaient, et qui n’étaient certes, pas forcément de sa faute, mais elle était la seule représentante présente de cette journée calamiteuse. Ne pas pisser, ne pas manger, faire 10h de bus dans la journée, avoir seulement 3h  sur place (l’heure restante étant le trajet entre le bus et le pied du Mont aller-retour), ne pas avoir de visite guidée comme il était indiqué sur le site et du coup, passer complètement à côté de ce que l’on voit… Si c’était pour lire les infos dans un bouquin, je n’avais pas besoin de France Tourisme. Et pour couronner le tout, un temps pourri (mais ça personne n’y pouvait grand chose, je sais). De nouveau, nous avons entamé le trajet jusqu’au bus au pas de course, et sommes repartis dans l’autre sens. Les autres passagers ne disaient pas grand chose bien que nous ayons entendu les américains exprimer leur déception, mais il n’est pas dans leur culture de réclamer, comme nous, français. Les asiatiques ont essayé de protester mais je n’ai pas compris l’objet de leurs revendications. Ce qui me contrarie dans cette histoire, c’est que ces touristes étrangers puissent avoir une image aussi pauvre du service et de l’accueil français. C’est triste. J’ai bossé et étudié le tourisme longtemps, c’est un secteur qui me passionne et je me désole que l’on puisse accueillir les gens de cette façon alors qu’il est si facile d’être souriant et de rendre le service minimum qui a été vendu. En ce qui me concerne, pas grave, je suis française et je sais que tout cela n’est pas forcément la « norme », il y a encore des endroits où l’on est très bien accueillis, mais pour les gens qui restent seulement une semaine dans notre pays, j’espère qu’ils n’ont pas toujours ce genre de prestation « express »… impersonnelle et aussi mal aimable.
Arrivés à Paris la jeune fille « guide » s’est soudain animée pour nous raconter rapidement l’histoire des monuments de Paris que nous passions en bus. Je croyais rêver. Elle, qui avait été silencieuse toute la journée sur le Mont St Michel, était prise d’une soudaine énergie culturelle, et carrément motivée pour m’expliquer l’histoire des monuments que je voyais toute l’année…mais du Mont St Michel je n’appris jamais rien de sa bouche.
Autant vous dire que, nous qui comptions visiter les Châteaux de la Loire, il va nous falloir trouver un autre prestataire (ou un co-voiturage…). C’est dommage parce qu’il suffirait de pas grand chose pour améliorer leur service… une  hôtesse d’accueil souriante, un vrai guide qui nous explique tout pendant la visite -pas une accompagnatrice de bus !- un toilette (oui, j’insiste) et davantage de transparence sur leur site internet sur les temps de trajet et temps sur place. Si ce billet a une utilité quelconque, j’espère qu’ils prendront en compte mes suggestions d’amélioration.
Enfin pour le bilan, nous avons quand même vu le « fameux » Mont St Michel, et l’homme m’a acheté un très beau souvenir : une plume-calligraphe dont je rêvais depuis longtemps ! (pas forcément en rapport direct avec l’endroit, mais au moins je me rappellerai du fait qu’on l’ait acheté là). Le coffret est super beau. Dommage il n’y a pas de porte-plume pour que je puisse crâner en la mettant sur mon bureau ! Et je n’ai toujours pas trouvé de livre pour apprendre la calligraphie… (si vous connaissez un ouvrage intéressant et détaillé, je prendrais vos recommandations avec plaisir !).
J’en suis complètement dingue 😉
Rendez-vous sur Hellocoton !