Une touche de framboise

Blog mode melolimparfaite en pied robe pimkie a basque guipure noire Blog mode melolimparfaite robe noire imkie bracelet les interchangeanbles blog mode melo l imparfaite bracelet manchette les interchangeables Blog mode melolimparfaite portrait robe guipures trocaBlog mode melolimparfaite robe noire echarpe rouge tour aiffel Blog mode melolimparfaite en pied robe pimkie guipures noire boots sacha shoes Blog mode melolimparfaite robe noire echarpe framboise Blog mode melolimparfaite tour aiffel troca robe noire guipures Blog mode melolimparfaite echarpe les interchangeables coeur

Photos by Maxime Bernadin

Robe : Pimkie

Echarpe : Les interchangeables

Bracelet : Les interchangeables

Boots : Sacha-shoes

Hello la compagnie !

L’autre jour avec mon ami Max, nous nous sommes retrouvés pour un déjeuner au restaurant « Carte Blanche » (super bonne adresse), et comme nous étions tout près du Troca nous avons shooté quelques photos pour le blog. Max est photographe de mariage mais il a la gentillesse de me donner de temps en temps un coup de main pour le blog ! (Si vous avez des projets de mariage ou vos proches, vous pouvez regarder son travail sur le lien ci-dessus).

Bref après avoir trouvé une impasse tranquille avec une belle vue sur la Tour Eiffel on a commencé le shooting ! Cette robe à guipûres, je l’avais repérée il y a un moment chez Pimkie mais franchement bien que j’aime l’aspect, c’est pas très pratique parce que la robe du dessous (qui cache les parties à cacher étant donnés les petits trous de la robe) est dans une matière synthétique qui remonte et je me suis retrouvée plusieurs fois presque les fesses à l’air à tirer dessus toute la journée ! Un peu embarassant quand-même !

J’ai accessoirisé ma tenue de cette jolie manchette trouvée chez les interchangeables et de cette écharpe framboise avec un petit coeur trop mignon trouvée aussi chez Les interchangeables. Les boots sont les mêmes que celles que je portais ici de chez sacha shoes. 

En fait je préfère la tenue avec l’écharpe même si il a fait globalement bon ce jour là ce qui fait que je n’avais pas forcément envie d’une couche supplémentaire.

Bref à part cet incident technique de matière qui remonte, je trouve le look assez sympa, et vous ?

aapartpos

Rendez-vous sur Hellocoton !

Au nom du père.

Je ne parle pas beaucoup de ma famille, et donc de mon père, parce que c’est un homme humble discret, qui n’aime guère être sous les spotlights. Il n’aimerait d’ailleurs probablement pas tellement mon blog, mais aujourd’hui je vais en parler. 
Dimanche dernier, mon père m’a appelée pour me dire qu’il était aux urgences. Il est un peu comme moi, il a toujours un bobo quelque part, alors pour qu’il aille aux urgences, il faut qu’il ait ressenti que c’était plus grave que d’habitude. Mon inquiétude a grandi quand les médecins ont commencé à écarter des premières pistes, mais je n’entendais toujours pas ce que je voulais entendre. Histoire d’entretenir ma paranoïa et mon masochisme j’ai bien entendu cherché sur internet à quoi correspondaient les symptômes. A beaucoup de choses, mais aussi, possiblement, à un cancer. Je devais attendre le lendemain pour que les médecins fassent des tests plus poussés, mais autant vous dire  que je suis passée, ce soir là, par toutes les couleurs. 
Mon père, voyez-vous,-et je ne suis pas aveuglée par les liens du sang- est de ces gens qui vous font croire en un monde meilleur, de ceux qui vous font croire (et sont convaincus) que l’humain est bon, de ceux prêts à tout pour protéger les leurs. Alors oui, comme tout le monde « il a les défauts de ses qualités », mais je ne connais personne de plus généreux et aimant que mon papa. Et c’est probablement la raison pour laquelle je me sens souvent décalée dans ce monde, parce que j’ai grandi avec cette idée que les gens étaient bienveillants, généreux, travailleurs…et que j’ai essayé en tous cas de régler mon pas sur le sien. Il a la force d’un chef de meute, et une fragilité indescriptible lorsqu’il s’agit de ses enfants. La feu fait place à la douceur dans ses yeux, remplis d’amour en berlingots. Et c’est sur fond d’images de son sourire et de beaux souvenirs d’enfance, que pendant une nuit je n’ai pas pu fermer l’œil, trop occupée à me demander ce que le monde pourrait bien devenir sans lui. Le matin, mes yeux étaient jaunes de ce chagrin bien précoce, et je harcelais le monde entier pour qu’on lui fasse d’autres tests.
Merci à la vie, il n’a rien de grave et a pu rentrer chez lui. Mais ce genre d’évènement nous rappelle que ça « peut » arriver. Que ça n’arrive pas qu’aux autres. Que nous avons déjà perdu des gens que nous aimions et que ça peut encore arriver. Et j’espère bien que mes parents ont encore une longue vie devant eux. Mais tout cela m’a donné envie d’en profiter plus souvent avec eux, partager plus de moments, même si ils habitent loin. D’essayer de leur offrir des choses pour qu’ils profitent un peu de la vie, qui pour l’instant a été surtout axée sur le travail. Et puis -peut-être égoïstement- faire en sorte qu’ils soient fiers de moi. Quelle qu’en soit la raison, je ne sais pas bien encore quoi ou comment. Juste qu’ils soient à mes côtés, dans tous les sens du terme, et prendre soin d’eux. 
                                                            _______________________________
I don’t write much about my father, because he is a discrete and humble man who doesn’t like to be under the spotlight. He probably wouldn’t like this blog, actually.
Last Sunday, my father called me to tell me he was at the emergency room. He‘s kinda like me, he always hurts somewhere, so if he went to the emergency room, he must have felt that something was more serious than usual. My concern grew, when doctors started to eliminate the minor illnesses. True to my paranoid nature, I searched the internet to find what matched the symptoms. A lot of things did, but also, possibly, cancer. I had to wait until the next day for doctors to do further testing, but that night, I went through all kinds of emotions.

 My father, you see -and I ‘m not blinded by the ties of blood- is one of those people who make you believe in a better world, those that make you think (and believe) that humans are good, those willing to do anything to protect their own. I don’t know anyone more generous and loving than my dad. And that’s probably why I often feel disconnected with this world : because I grew up with this idea that people were kind, generous, hardworking … and I tried to adjust my behavior to his. He has the strength of a leader, and an indescribable little weakness when it comes to his children. So much love in his eyes. Thinking about his bright smile and happy memories of my childhood, prevented me from closing my eyes that night, too busy  wondering what the world would become without him. In the morning, my eyes were yellow because of non-stop crying, and I pestered everyone to carry out more tests on him.
Thank goodness, he didn’t have anything serious and was able to return home. But this kind of event reminds us that it « can » happen. It doesn’t happen only to others. We have already lost people we loved, and it can still happen. I hope that my parents still have a long life ahead of them. But all this has inspired me to enjoy my time with them as much as possible, share more happy moments, even if they live far away. Trying to offer them things so that they enjoy their life, which so far has been mainly focused on working. And -perhaps selfishly- make them proud of me. Whatever the reason, I don’t quite know yet, what, or how. I j
ust want to feel them by my side, in every sense of the word, and take care of them.

Rendez-vous sur Hellocoton !